Déclaration CGT sommitale PROBTP 2018. Compétence, honorabilité et représentativité avant tout !

Bien que la CGT fût sceptique et réticente quant à la mise en place de cette mesure de compétence et d’honorabilité, nous avons décidé cependant de nous y attarder lors de notre AG de ce jour.

 

Nous devons avoir les compétences de gérer en bon père de famille afin de répondre aux besoins des adhérents du BTP. De ce point de vue, nous avons encore beaucoup à faire, car bon nombre de salariés n’ont pas les moyens de se soigner, se nourrir ou se loger convenablement.

 

 

C’est frustrant quand on sait que certains concitoyens vivent dans l’opulence, l’indécence comme des nababs. Le pire dans cette société capitaliste,  plus vous gagnez d’argent et plus vous avez d’honorabilité ! Rien pour celles et ceux qui créent les richesses … Le fait de gagner beaucoup d’argent ne nous rend pas plus compétent ni plus honorable, et ce même si vous êtes sous les feux médiatiques.

 

 

Il est de notre devoir de mettre rapidement en place la loi sur la représentativité afin d’octroyer, comme il se doit, les postes de notre conseil d’administration en fonction de la représentation réelle de chaque organisation syndicale. C’est indispensable, vital au regard de la situation actuelle.

 

 

Non seulement cela redorerait l’image du paritarisme mais inciterait davantage les salariés à adhérer à une organisation syndicale qui aurait pour tâche de  les représenter dignement  au sein de notre conseil. Par ailleurs, j’insisterai sur la présence des administrateurs car il n’est pas logique d’être régulièrement absent ou excusé.

 

 

Compétent, honorable, irréprochable même si nous pouvons être en opposition cela est possible pour le bien de notre GPS, du paritarisme et de nos adhérents.Une année vient de s’écouler depuis notre dernière assemblée générale ordinaire. Celle-ci fût  marquée par la création officielle de l’ALLIANCE PROFESSIONNELLE.

 

 

Une avancée politique, juridique et administrative concernant les technostructures mais qui reste perfectible pour les salariés.Espérons que ce rapprochement atteigne les objectifs imposés par l’ARRCO, l’AGIRC et les ANI du 13 mars 2013 et 30 octobre 2015, (non signés par la CGT) et que la casse sociale ne se limite pas exclusivement au non remplacement des départs à la retraite.

 

 

Demander des économies de coût de gestion et dans le même temps imposer de nouveaux dispositifs (DSN, LCBT, protection des données…) qui engendrent des frais supplémentaires pour notre GPS, devient ridicule.

 

 

C’est comme si on imposait aux entreprises des hausses de salaires significatifs et dans le même temps la réduction considérable du  temps de travail…  Impossible, inconcevable diriez-vous ? Et bien là, le défi est relevé.

 

 

Pas sans mal, car nous connaissons déjà la recette, bien qu’il existe quelques petites avancées par ci par là, (aide aux aidants, Vacances 1er enfant) avec l’application du contrat responsable, des catégories objectives, du droit à la portabilité et autres termes barbares qui impliquent systématiquement une hausse de cotisations ou baisse des prestations. L’année prochaine, nous mettrons en marche la mesure phare du gouvernement du zéro reste à charge. Nous le savons d’ores et déjà : cette mesure aura un impact considérable sur les cotisations.

 

 

D’ailleurs qu’adviendra-t-il demain, des adhérents qui ne pourront plus  payer leur cotisation par manque de ressources, les orienterons-nous  tous vers CRÉSUS, Emmaüs, l’abbé Pierre ou les urgences ?

 

 

Les salariés resserrent leur ceinture alors que dans le même temps les profits explosent, cela durera-t-il encore longtemps ? Sincèrement, je vous le souhaite mais le jour où cela explosera : pas de jérémiade, il sera trop tard… !Nous pourrions continuer pendant  des heures, tellement il y  a à dire. Nous nous en tiendrons là car ce n’est peut-être pas effectivement le lieu. A ceci près, que c’est bien ici que nous devons traiter de la représentativité. .

 

 

Voilà pourquoi, nous insistons énergiquement pour que cette loi de 2008 soit mise en application en 2018.

 

Les publications

< > Toutes les publications