L’édito d’Eric Aubin

 Consulter la biographie d’Eric Aubin.

 

 

 Janvier 2013

 

En ce début d’année 2013, je vous présente, au nom de la direction fédérale, tous mes vœux de bonheur et de réussite dans votre vie familiale, professionnelle et syndicale.

La Fédération Européenne des Travailleurs du Bâtiment et du Bois a appelé à manifester à BRUXELLES le 23 janvier, jour ou à lieu l’audition des commissions du parlement européen sur la directive détachement.

L’enjeu est de taille mais la situation des salariés détachés, dénoncée par notre fédération, a permis de mettre sur le devant de la scène les conditions de vie et de travail épouvantables que subissent ces travailleurs.

 

 Le droit appliqué est à géométrie variable. Tantôt, ils n’ont pas le niveau de salaire correspondant aux grilles de la profession. Tantôt le temps de travail légal en France ne s’applique pas. Avec une part de la rémunération payée de la main à la main, c’est-à-dire du travail illégal.

La fédération a alerté les fédérations patronales du secteur mais elles n’en ont que faire. Elles agissent en complices, voire en instigateurs.

Le 12 février 2013, une délégation de la fédération rencontre  le directeur de cabinet du ministre du travail et parmi les sujets qu’elle abordera, il y aura bien sur la question des travailleurs détachés. D’autant que Michel SAPIN est intervenu sur l’illégalité dans laquelle se trouvent les entreprises lorsqu’elles n’appliquent pas le droit Français sur notre territoire.

 

Nous lui  formulerons d’ores et déjà, 4 propositions.

– Nous devons pouvoir vérifier que les prix pratiqués, dans les marchés de sous-traitance, permettent d’appliquer le droit Français.

– Nous devons limiter la sous-traitance en cascade à 2 niveaux

– Nous devons renforcer la responsabilité sociale, fiscale et pénale des donneurs d’ordre vis-à-vis de leurs sous-traitants.

– Nous devons pouvoir accéder sur les chantiers.

 

L’intervention des pouvoirs publics sur le débat Européen est indispensable mais nous gagnerons la bataille que si nous sommes mobilisés. Que si nous sommes présents sur le terrain pour assurer la défense des droits des travailleurs détachés.

 

Les autres éditos :

 

[expand title="Novembre 2012"]

 

Et 1, Et 2, Et 3 …

 

La semaine du 12 au 16 novembre 2012 a été marquée par 3 évènements qui feront date dans l’histoire fédérale.
Le 12, 1500 militantes et militants ont participé au meeting organisé par la fédération à la Plaine St Denis (93).
Elles et ils en sont repartis regonflés, motivés, prêt à aller au débat avec le salarié dans leur département, leur entreprise sur des sujets comme l’emploi, les salaires, le pouvoir d’achat, la protection sociale, la pénibilité etc..
A l’ouverture de ce meeting, « les Roungs bounets » groupe musical auquel appartient notre camarade Pascal Bourcier, membre de la CEF ont su chauffer la salle puis laisser la place à une équipe théâtrale, merci à eux
La séance culturelle étant passée, elles et ils ont écouté non sans réagir l’intervention de la fédération et la stratégie syndicale dans cette période mouvementée pour le monde du travail.
Soyez toutes et tous remercié pour ce moment de convivialité, de fraternité, mais aussi de responsabilité face à ce qu’il nous faut construire.
Le 13 novembre, soit le lendemain, la cour d’appel de Lyon a confirmé le jugement rendu en première instance par le tribunal des affaires sociales de Bourg en Bresse qui a considéré que le Bitume était un produit dangereux.
La famille Andrade Cerano, percevra 155 000 euros et plus rien ne sera jamais comme avant.
C’est après une bagarre acharnée de plus de 10 ans de la fédération et le combat courageux de la famille Andrade Cerano, que le patronat de la branche routière devra enfin prendre en compte cette réalité, le bitume tue !
Cette victoire a fait l’objet d’